Portrait d’une femme exceptionnelle…

Scan (2)

Ce portrait a été réalisé à titre posthume. Grâce aux nombreux documents d’archives conservés par Richarde, aux récits de Vincent, son compagnon, nous pouvons aujourd’hui partager avec vous sa passion de la course à pieds.

Richarde a pratiqué depuis sa jeunesse et durant 14 ans le basket,  puis elle s’est mise à la course à pieds après la naissance de ses filles.  Son parcours est atypique, puisqu’elle a continué à jouer au basket jusqu’en 1994. Elle est ailière et fait trembler les défenses du championnat départemental. Le footing lui servait alors d’entraînement.
Scan Scan-031 (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle confiait lors d’une interview à l’Alsace le 14.11.1995 « J’aimais courir d’autant que c’était un atout pour avoir de l’endurance au basket. Mais l’athlétisme me semblait dur et inaccessible. » Ce sont des collègues de travail qui vont lui mettre le pied à l’étrier de l’athlétisme. C’est avec eux qu’elle participe pour la première fois à une épreuve de 10 kms en 1992.

Elle boucle son premier 10 kilomètres de Sélestat en 48’10, loin derrière la première féminine de l’époque, Géraldine Loewenguth  (38’20). Elle confiait au journaliste «  Sans entraînement spécifique, je n’étais pas si mal classée. Ces résultats m’ont stimulée. Mais comme je jouais encore au basket, j’ai été obligée de faire un choix au lieu de pratiquer les deux activités en dilettante. Finalement, j’ai opté pour la discipline individuelle ». Elle laisse donc tomber la balle orange à 33 ans, pour dévorer des kilomètres.

Scan-039 (2)

Elle se rend assez rapidement compte de son potentiel et c’est au sein de l’A.C.C.A sous la houlette de Michel Zimmermann, puis avec Vincent Kubler, qu’elle entame sa véritable progression sportive.

Elle mène de front sa carrière sportive et professionnelle, tout en étant une maman attentive à ses filles, qu’elle emmenait aux courses, et qui l’encourageaient pour l’accueillir dès la ligne d’arrivée franchie, accompagnées par leur papa Damien, coureur également. A de nombreuses occasions, Lucile et Coline participaient aux courses d’encadrement, et elles terminaient souvent premières dans leurs catégories, bon sang ne saurait mentir !

Son terrain de prédilection reste la montagne, elle enchaîne les victoires lors de la Montée des Bagenelles, l’Alsacienne des crêtes longue de 32 kms, qu’elle boucle en 1994 en 2h59, montant sur la troisième marche du podium derrière les imbattables sœurs Kuster du CSL Neuf Brisach.

Elle participe au cross du Mont Blanc et termine troisième féminine  de cette course prestigieuse, en 2h34. C’est dans ce cadre prestigieux de pics et de glaciers, face à la chaîne du Mont Blanc, qu’elle se promet de revenir.

Scan-040 (2)

En 1994, son village natal Epfig organise les premières foulées epfigeoises, en faveur du don d’organes. Bien évidemment, elle y participera régulièrement, tout comme aux courses de Scherwiller, et son fameux circuit de l’Ortenbourg, talonnant les sœurs Kuster, toujours avec des chronos plus qu’honorables.

Elle enchaîne les courses du Trophée des Vosges, Ihringen en Allemagne ou tant d’autres, et en 1994 elle termine première féminine pour la montée du Hohrodberg, course mythique longue de 13,2 km organisée dans la vallée de Munster. 10 ans après, en 2004, elle gagnait encore le Trophée des Vosges….

Elle participe également régulièrement  aux différents cross régionaux ou interrégionaux,  FFA ou organisés par le CGOS, comité d’entreprise de l’hôpital, avec une mémorable finale nationale CGOS à Saint Nazaire en 1997 où elle termine 5ème. Ses excellents résultats en cross interrégionaux l’ont menée à plusieurs reprises aux championnats de France.

Scan-043 (2)

 

 

 

 

 

 

 

La mythique distance de 42.200 l’a attirée à 5 reprises :
Francfort (1995 – 3h09)
Annecy(2007 – 3h29’50 » 12ème féminine)
Zurich (2008 – 3h32),
Paris
Barcelone (2011 – 3h40’39 »)

Les titres des quotidiens régionaux ne manquent pas de qualificatifs  pour Richarde : Richarde impériale, Richarde Reine de la Montagne, Richarde à la conquête du titre, Richarde aux commandes, Richarde maman radieuse, Richarde brillante, surprenante Richarde, Richarde cœur de lionne, Richarde sur la bonne pente……

En 1997, l’Alsace titrait : Richarde la châtelaine, car elle avait pulvérisé son record sur les pentes du Haut-Koenigsbourg. Elle avait alors des raisons de manifester sa joie. Car non seulement, elle rallongeait son palmarès grâce à ce nouveau succès, mais c’était surtout la manière qui a impressionné tout le monde. Elle s’est offert une victoire de prestige en distançant ses trois rivales (Nunige, Hager, et la Kenyane Peris Cherono). Elles n’ont pas pu suivre Richarde dans les derniers mètres d’ascension, car à l’approche du sommet, Richarde a encore augmenté l’allure pour couper la ligne en 37’53’’, soit plus d’une minute trente de mieux que son meilleur temps précédent.

Cette discipline à laquelle elle est arrivée sur le tard la comble de bonheur, et les courses et podiums s’enchaînent très rapidement.  Elle prend goût aux courses en montagne, aucun dénivelé ne lui fait peur : la course des chamois à Saulxure Moselotte, l’Alsacienne des crêtes, Mini Taennchel, Montée du Grand Ballon, Mémorial Gewiss, Montée du Haut Koenigsbourg…..elle enfile les épreuves avec une volonté de battante, et toujours avec le sourire.

Amis coureurs, pouvez-vous vous imaginer ce qu’est un parcours avec 2000 mètres de dénivelé ? Et bien Richarde l’a fait, à deux reprises, en 2010 et en 2011, en participant au Semi marathon d’Aletsch, en longeant le plus long glacier des Alpes, pour arriver au sommet du Bettmerhorn culminant à 2650 mètres. Son excellent chronomètre à 2h41 la classe 11ème féminine de cette course de renommée internationale.

Aletsch

Passionnée par le Tyrol, elle participe à 4 reprises au semi-marathon de Lech, (1027 mètres de D+) ; sur les majestueux sommets tyroliens, elle se classe 2 fois à la première place, une fois à la deuxième place puis encore une troisième place pour sa dernière participation en 2010.

Richarde participe également à de nombreux dix kilomètres avec son meilleur chrono à 36’50 (Lingolsheim 1999), même si ce n’est pas un parcours officiel et chronométré.

En 1998, elle participe aux  championnats de France de course de montagne à Satillieu en Ardèche, où elle termine à une honorable 8ème place. Aux championnats de France – cross du Mont Blanc- elle termine à la 12ème place.

En 1999, de nombreux podiums sont encore au rendez-vous : 1ère à la corrida de Barr, 1ère au cross de Noël, 1ère au Tour du Sattelnboden, 1ère à la montée du Molkenrain, 1ère au circuit de l’Ortenbourg, 1ère aux foulées epfigeoises, 1ère à la course des chamois, 1ère à la montée du Haut Koenigsbourg, 1ère au mémorial Gewiss, 1ère au 10 kilomètres de Lingolsheim……..

Dans les années 2000,  en catégorie vétérane, elle affiche toujours encore des chronos à faire pâlir, et continue de monter régulièrement sur les marches des podiums régionaux ; en 2001, au semi-marathon des ammonites à Digne les Bains, elle termine première, le quotidien « La provence » titrait alors : La favorite annoncée Richarde Herbrech, a tenu son rang. Elle n’aura pas fait le voyage depuis l’Alsace pour rien »….

Parmi ses meilleurs chronos, on note :
37’13               10 kms                       à Sélestat
3’14’’5             1000 mètres             à Breisach
18’36’’63        5000 mètres             à Obernai
58’32’’             15.00 kms                 à Marckolsheim
1h23’30          Semi marathon         à La Wantzenau.

En 2008, elle gagne la montée de la Victoire du 8 mai à Sigolsheim, et participe au marathon de Zurich.
En 2009, elle est 2ème à Lech,
En 2010, elle arrive 2ème féminine au Zwei see lauf à Tanheim, et termine 3ème au semi-marathon de Sommières dans le Gard.
En 2011, elle participe au marathon de Barcelone, qu’elle boucle en 3h40’39, et au semi de Braunlingen, 3ème féminine en 1h41.
En 2012, au semi marathon du Lubéron en 1h56’04
En 2013, à l’Ecotrail de Clairvaux les Lacs, en 1h56 et la Strasbourgeoise en 31’38…
Et tant d’autres encore…

Le Run and Bike de Scherwiller en janvier 2014 clôt cette longue et prestigieuse liste…

Elle vivait pour le sport ; heureuse de pratiquer du sport pour son bien être, elle pratiquait le ski de piste et de fond, le VTT et le vélo de course, la marche, la natation. Sportive accomplie, elle a su rester humble malgré ses excellents résultats et sa notoriété régionale.

Pour le mot de la fin, nous évoquons une interview parue dans les DNA en 2002, à l’occasion des courses de Sélestat…..c’était il y a 12 ans…. « La course à pied permet d’évacuer le stress, de passer au-dessus de certaines souffrances, ce qui apporte un bien-être sur un plan personnel et professionnel. Elle peut aider à maigrir quand on travaille l’endurance, et donne du dynamisme. Pratiquer un sport de façon régulière demande toutefois beaucoup de volonté et de constance. Je  mène de front mon travail d’infirmière, à l’hôpital de Sélestat, ma vie de mère de deux enfants, et mes 5 à 6 entraînements de course à pied par semaine…. Mon emploi du temps est chronométré. J’aurai peut être un jour de la lassitude, mais pour l’instant ça va ! ».
Cette lassitude ne l’a jamais atteinte, même si ces toutes dernières années, elle courait pour le plaisir avant tout, contrainte de réduire ses entraînements en raison d’un genou défaillant.

Nous garderons tous en mémoire, son humilité, sa gentillesse, son sourire, ses rires qui ponctuaient tous ses propos, sa joie de vivre, ses leçons de courage.
Ciao Ciao !

Ce contenu a été publié dans Portrait. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Portrait d’une femme exceptionnelle…

  1. Hélène dit :

    Très bel article, tres bel hommage et quelle belle championne !!
    Bravo Richarde !

  2. Mathieu dit :

    Magnifique article ! Prenant ! A la hauteur de son palmarès et de la femme qu’elle était !

  3. SCHMODERER RICHARD dit :

    Que d’efforts et de sacrifices.
    Admirons ton beau palmarès.
    J’ai eu l’honneur de galoper avec toit aux entrainements
    et quel régale.
    Bravo Richarde……

  4. Dallmer Dominique dit :

    Un Trés bel article et une trés grande dame un bel hommage à une Championne, tout l’appréciant énormément j’aurait aimé mieux la connaitre.
    Aurevoir Richarde……

  5. Dallmer Dominique dit :

    Un Trés bel article et une trés grande dame un bel hommage à une Championne, tout en l’appréciant énormément j’aurais aimé mieux la connaitre.
    Aurevoir Richarde……

  6. Anne Duchamp-Kubler dit :

    Merci Edith pour ce magnifique hommage.

  7. Milani Guy et Nicole dit :

    Simplement fiers de l’avoir côtoyée et d’avoir pu partager avec elle une passion et des moments inoubliables s’est d’autant plus difficile d’accepter son départ. Guy et Nicole

  8. LENTSCH Jean Paul et Eliane dit :

    Richarde tu étais une compagnie agréable et toujours humble
    nous te souhaitons une belle course dans ce monde sublime
    ou tôt ou tard nous allons nous retrouver
    Jean- Paul et Eliane

    r

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.